Traduire
DutchEnglishFrenchGermanItalianPortugueseSpanish

Sous le leadership de l’ONG SOS Biodiversity s’est déroulée ce 18 Juillet 2020, dans la salle de réunion de l’Agence Territoriale de Développement Agricole (ATDA) de Comè, un atelier de formation sur la production en pépinière de Caesalpinia bonduc communément. Cet atelier s’inscrit dans le cadre du projet « Participatory actions for conservation of the critically threatened multipurpose Caesalpinia bonduc (L.) Roxb in Southern Benin », coordonné par le Docteur Bruno Lokonon et financé par The Rufford Foundation. 27 acteurs représentant des ONG et des associations de pépiniéristes, provenant des départements de l’Atlantique, du littoral, de l’Ouémé et du Mono étaient présents.

L’atelier a démarré à 10h par les mots de bienvenu du Président de SOS Biodiversity, du Coordonnateur du projet Dr LOKONON et du représentant de l’ATDA Mr NOUWOGOU Koffivi. Le Président de SOS Biodiversity a d’abord remercié les participants pour leur déplacement, avant d’attirer l’attention de chacun sur la nécessité de conserver nos ressources naturelles endogènes en particulier la biodiversité. Selon lui, l’espèce Caesalpinia bonduc communément appelé bonduc (ou adjikouin en Fon) est d’une grande importance culturelle et médicinale et mérite une attention particulière. Le coordonnateur du projet Dr Lokonon a également signifié sa gratitude aux participants. Dans son discours « le bonduc est une espèce classée en danger par l’IUCN. Sa multiplication est une solution durable. Ce qui justifie le présent atelier ». Mr NOUWOGOU remercie le coordonnateur et le président de SOS Biodiversity pour le choix de sa ville pour cet atelier. Il souligne l’importance des plantes médicinale dans notre quotidien au Bénin avant de déclarer ouvert l’atelier.

Dans la suite des activités trois communications ont été données. La première communication a été faite par Mr KAKPO et porte sur l’importance de la biodiversité et les menaces qui pèsent sur elle. Il a insisté sur le fait que « la biodiversité est utilisé quotidiennement par l’homme pour se nourrir, se soigner, se vêtir et se loger. L’homme doit son existence à la biodiversité. Mais nos pratiques n’intègrent pas leur utilisation durable. Les pressions sur le bonduc en sont un exemple ». La seconde présentation a été donnée par le Dr LOKONON et porte sur l’importance et les menaces de Caesalpinia bonduc. Dans sa présentation, il souligne que le bonduc est très utilisé en médecine traditionnelle au Bénin. « On l’utilise contre la prostate, l’impuissance sexuel, les maladies infantiles, … Mais son usage tend à faire disparaître l’espèce sans le renouveler. La meilleure solution pour gérer durablement l’espèce est de la produire ». La dernière présentation donnée par Mr Émile KASSAVI a porté sur les techniques de multiplication du bonduc.  Il faut retenir de sa communication que l’espèce d’après ses expérimentations a un taux de germination inférieur à 20% d’où il est nécessaire de réaliser rigoureusement des traitements de levé de dormance au préalable.

Le président de SOS Biodiversity, le Coordonnateur du projet et le représentant de l’ATDA ont par leur mot de fin invité les participants à faire une bonne restitution des acquis dès leur retour. L’atelier a pris fin par mise en terre de quelques plants et la remise d’une attestation et de quatre (4) plants à chaque participant.

Rédacteur: Sunday Berlioz KAKPO

Stay connected by visiting and liking our Facebook page: https://web.facebook.com/sosbiodiversitybenin/?ref=bookmarks

Catégories : Actualités

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
30 − 30 =