Traduire

INTRODUCTION

Le projet « Conservation and Enhancement of the Biodiversity of the Dogo-Ketou Region (Benin) and Empowerment of Local Communities through Nature-Based Solutions » a été une initiative audacieuse et visionnaire entreprise par Mr YEHOUENOU TESSI Boris et KAKPO Sunday Berlioz à travers l’ONG SOS Biodiversity et financièrement soutenu par The Rufford Foundation. Dans un contexte où les écosystèmes naturels du Bénin étaient confrontés à des défis majeurs, notamment la dégradation des ressources forestières et les menaces croissantes pesant sur les espèces menacées, ce projet avait pour objectif de marier la préservation de la biodiversité avec l’autonomisation des communautés locales.

Ce rapport final retrace les étapes clés de la mise en œuvre du projet, depuis son lancement jusqu’aux activités de sensibilisation, de formation et de plantation d’arbres. Il met en évidence les réalisations, les impacts et les enseignements tirés de cette entreprise ambitieuse.

I.                  LOGIQUE D’INTERVENTION DU PROJET

1.      Contexte

Les écosystèmes naturels du Bénin sont limités mais riches en biodiversité. Certains de ces écosystèmes sont entièrement protégés pour limiter les actions humaines et la dégradation. Cependant, face aux besoins croissants des communautés locales et aux effets néfastes du changement climatique, nombre de ces écosystèmes, bien qu’à statut particulier, se réduisent de plusieurs centaines d’hectares chaque année. La plupart des communautés rurales du Bénin dépendent des ressources forestières comme principale source de subsistance. La Forêt Classée de Dogo-Kétou (GF-DK) est dans un état de dégradation très avancé avec une augmentation de l’exploitation frauduleuse. La localité abritant cette forêt est connue pour être l’une des plus productrices de charbon de bois du pays. C’est une importante source de revenus pour les indigènes.

Par ailleurs, notre précédent projet a focalisé l’un de ses objectifs sur l’étude de la dynamique et de la structure des populations de trois produits forestiers non ligneux (Afzelia Africana, Khaya senegaleensis, Pterocarpus erinaceus) qui figurent sur la liste rouge UICN des espèces menacées. Selon nos résultats, les trois espèces font face à un échec de régénération avec de faibles taux de densité par ha. Les populations locales sont également confrontées aux menaces du changement climatique et de la pauvreté et ont besoin d’un renforcement des capacités sur les solutions fondées sur la nature pour rompre leur dépendance vis-à-vis des ressources forestières naturelles de la région

2.      Objectifs

Globalement, ce projet vise à aider à la régénération des trois espèces menacées ciblées pour leur conservation et à assurer la sauvegarde du GF-DK.

De façon spécifique,, il s’agit de :

  • augmenter la taille de la population des espèces d’arbres menacées et leur protection ;
  • promouvoir les pépinières et l’apiculture comme activités alternatives de subsistance pour les communautés locales ;
  • mener une campagne de sensibilisation sur la conservation des ressources forestières et la protection de l’environnement dans la région.

II.               ACTIVITES REALISEES

1.      Lancement du projet

Dans le cadre de la mise en œuvre du projet ambitieux intitulé « Conservation and Enhancement of the Biodiversity of the Dogo-Ketou Region (Benin) and Empowerment of Local Communities through Nature-Based Solutions », une journée historique a eu lieu ce Jeudi 10 Novembre 2022 à Illadji, Kétou, marquant ainsi le lancement officiel de ce projet visionnaire. La délégation de l’ONG SOS Biodiversity, conduite par son Président, Sunday KAKPO, était présente aux côtés des communautés riveraines pour cet événement inaugural.

Ce projet, coordonné avec une passion débordante par les membres actifs, Mr YEHOUENOU TESSI Boris et KAKPO Sunday Berlioz, et soutenu financièrement par The Rufford Foundation, se décline en une première phase, sobrement intitulée « Dogo-Ketou Forest (Benin): Contribution to its Conservation Through Resource Status Assessment, Training and Local Community Empowerment. »

Lors de cette journée empreinte de promesses et d’espoir, nous avons eu l’honneur d’accueillir chaleureusement le Délégué d’Illadji, qui a prononcé des mots de bienvenue sincères, marquant ainsi le début de cette aventure passionnante.

  1. KAKPO Sunday Berlioz, Président de l’ONG SOS Biodiversity, a ensuite pris la parole pour une brève présentation de l’ONG SOS Biodiversity et de l’objet de la séance. La plupart des communautés présentes se sont remémorées avec nostalgie les activités menées dans le cadre du projet précédent et ont renouvelé leur confiance en notre organisation pour ce nouveau chapitre de collaboration.

Ce projet incarne une lueur d’espoir pour la préservation de la biodiversité de la région de Dogo-Ketou, tout en renforçant le pouvoir des communautés locales grâce à des solutions basées sur la nature. Ensemble, avec le soutien de The Rufford Foundation, nous sommes déterminés à réaliser des avancées significatives pour la conservation de notre précieux environnement et l’autonomisation des communautés qui y résident. C’est le début d’une aventure extraordinaire, où chaque action compte, chaque voix compte, et où la nature, notre plus grande alliée, est au cœur de notre mission. Le président a rappelé à l’assistance l’importance de la gestion durable des forêts et la conservation de la biodiversité. L’activité du lancement a connu trois points de communication à savoir :

  • Présentation du présent projet aux bénéficiaires et aux parties prenantes

Dans cette rubrique, le Président de l’ONG SOS Biodiversity a abordé les points suivants : la description de l’intervention du projet, les stratégies de mise en œuvre, le mécanisme de suivi-évaluation et de viabilité et pérennisation du projet. Cette présentation a permis aux populations de connaitre d’avantage le projet. Pour en finir, le Président a sollicité l’implication active des populations pour l’atteinte des objectifs du projet.

     Organisation des communautés pour l’atteinte des objectifs

Pour faciliter la mise en œuvre du projet avec la communauté et la pérennité des activités, les communautés ont décidé de travailler en groupement mixte qu’elles ont déjà pré-formalisé. C’est ainsi qu’à l’unanimité, le projet sera exécuté avec ce groupement existant.

 

     Description des activités majeures du projet

La production de plants (espèces autochtones menacées) en pépinière et l’apiculture sont les principales activités à mener avec la communauté. Les communautés se sont portées garant à identifier un site de pépinière, un site de plantation d’au moins un hectare et une plantation d’anacardier pour recevoir les ruches. Elles se chargeront également d’identifier le fabricant des ruches parmi les membres de leur communauté. Ce dernier recevra une formation dans la fabrication des ruches.

Après ces différents points abordés, les communautés se sont accordées sur les principes du projet et planification des activités a été définie avec les communautés.

A la fin de cette étape de prise en contact, la délégation s’est rendue au CEG Illadji pour faire un suivi de la plantation d’un hectare de Acacia auriculiformis mise en terre le 17 Juin 2021 dans le cadre de la première phase intitulé “Dogo-Ketou Forest (Benin): Contribution to its conservation through resource status assessment, training and local community empowerment”. La délégation conduit par le Président KAKPO a en effet rencontré les responsables du CEG Illadji, le Directeur Mr AREDEKOU Emmanuel et le Surveillant Général Mr ADEGBITE David. Notons que cette délégation conduit par le président KAKPO est composée cinq volontaires dont Donatien YESSIHO, Rufin KPATINNON, Miriabelle SOSSAH, Vincent ADJIBODE et Marina DOSSOU. Cette visite inopinée s’est conclue par une satisfaction moyenne. Environ 60% des plants ont survécu mais avec une hauteur moyenne de plus de 2 mètres. Il est remarqué que 90% des plants qui ont survécu ont persisté dans le système agroforestier qui était mis en place. Dans des conditions de faible disponibilité de ressources pour l’entretien des plantations, le système agroforestier s’avère très efficace. Ce système sera également utilisé dans cette seconde phase.

2.     Préparation de la Journée Mondiale de la Biodiversité

Dans le cadre de la mise en œuvre du projet intitulé « Conservation and Enhancement of the Biodiversity of the Dogo-Ketou Region (Benin) and Empowerment of Local Communities through Nature-Based Solutions », en concordance avec la célébration de la Journée Mondiale de la Biodiversité, SOS Biodiversity a organisé le 22 Mai 2023 une initiative visant à engager la jeunesse des localités riveraines de la forêt de Dogo-Kétou dans les préparatifs de cette journée mémorable pour la biodiversité.

Sous le leadership de notre Point Focal Zone Kétou, M. Ordo Sègbozo, cette activité a été menée avec un enthousiasme et un engagement remarquable. L’événement a bénéficié d’une participation massive de la jeunesse de la commune de Kétou, démontrant ainsi leur vif intérêt pour les questions environnementales, et leur volonté de s’investir activement dans les préparatifs de la Journée Mondiale de la Biodiversité.

Au cours de cette journée, les communautés locales ont collaboré étroitement pour produire environ 500 arbres d’espèces autochtones. Cette initiative revêt une importance capitale, car elle contribue à la promotion de la biodiversité locale tout en apportant une contribution significative à la lutte contre la déforestation.

Cette action témoigne de l’engagement de SOS Biodiversity en faveur de la préservation de la biodiversité et de l’implication communautaire. Elle renforce également notre conviction que la jeunesse joue un rôle essentiel dans la protection de notre environnement. Nous remercions chaleureusement tous les participants et partenaires qui ont contribué au succès de cette initiative, qui aura sans nul doute un impact positif sur la région de Dogo-Kétou et au-delà.

Photo 7 : Jeunes de Dogo-Kétou entrain de préparer le site de reboisement
Photo 8 : Espèces autochtones prévues pour la mise en terre

3.      Séance de sensibilisation des communautés riveraines de la forêt de Dogo-Kétou

Dans le cadre de la mise en œuvre du projet « Conservation and Enhancement of the Biodiversity of the Dogo-Ketou Region (Benin) and Empowerment of Local Communities through Nature-Based Solutions », une séance de sensibilisation a été soigneusement orchestrée le mardi 27 décembre 2022 à Effèoutè, en étroite collaboration avec les communautés résidant aux abords de la forêt de Dogo-Kétou. Cette session a principalement été réalisée en partenariat avec l’association de femmes « Mandjè Kobadjè », en présence des élus du village. Il est important de noter que cette association se spécialise dans la production de farine de manioc, localement connue sous le nom de gari. Cette activité dépend fortement de l’utilisation du bois, habituellement prélevé dans la forêt.

Au cours de cette séance, les membres de la communauté présents ont été sensibilisés sur l’importance cruciale de la forêt et la nécessité impérative de la préserver pour les générations futures. L’accent a été mis sur la préservation de l’environnement et la durabilité des ressources naturelles.

Une étape cruciale a également été franchie avec la formalisation de l’association des femmes. Le Point Focal de l’ONG SOS Biodiversity, M. Ordo Bordeau Segbozo, a supervisé le processus de formalisation, garantissant ainsi un soutien continu et un développement durable de l’association « Mandjè Kobadjè ». Cette initiative exemplifie l’engagement indéfectible de SOS Biodiversity en faveur de la préservation de la biodiversité et de l’autonomisation des communautés locales.

Photo 9 : Les femmes de l’association Mandjè Kobadjè produsant le gari
Photo 10 : Formalités administratives pour l’association Mandjè Kobadjè

4.      Formation des jeunes et femmes de Dogo-Kétou en production de plants en pépinière

Dans le cadre du projet « Conservation and Enhancement of the Biodiversity of the Dogo-Ketou Region (Benin) and Empowerment of Local Communities through Nature-Based Solutions » (CCFDK2), SOS Biodiversity a récemment organisé une formation en production de plants en pépinière, visant à renforcer les capacités d’environ une vingtaine de jeunes et de femmes. Cette initiative a eu lieu le mercredi 8 Mars 2023, au cœur de Kétou centre.

L’objectif principal de cette formation était de permettre aux participants de maîtriser les techniques de production de plantes autochtones telles que le Pterocarpus erinaceus, l’Afzelia africana, le Khaya senegalensis, le Caesalpinia bonduc, ainsi que des espèces agroforestières d’intérêt telles que l’Acacia auriculiformis, le Terminalia superba et l’Anacardium occidentale. Ces espèces ont été soigneusement sélectionnées en raison de leur importance cruciale dans la restauration des terres dégradées situées aux abords de la forêt de Dogo-Kétou.

La formation a été orchestrée sous la supervision experte de M. MOUNZOU Faustin, un formateur chevronné dans ce domaine. Grâce à ses enseignements, les participants ont acquis des compétences essentielles en matière de production de plants en pépinière. Plus de 500 pots ont été semés avec succès par les participants, ce qui représente un pas significatif vers la régénération des terres dégradées de la région.

Cette formation ne représente pas seulement une opportunité d’apprentissage et de développement de compétences, mais aussi un investissement concret dans la préservation de la biodiversité locale et la restauration de l’écosystème de la forêt de Dogo-Kétou. SOS Biodiversity demeure déterminée à soutenir les efforts des communautés locales tout en contribuant à la protection de l’environnement.

Photo 11 : Participants à la formation sur la production de plants en pépinière
Photo 12 : Semi d’especes autochtones

 

5.      Formation des femmes du groupement Mandjè kobadjè en apiculture

Au-delà d’une simple journée de célébration, la Journée Internationale des Femmes (JIF) a revêtu une signification profonde, offrant l’occasion de réfléchir sérieusement et d’agir résolument en vue de réduire les inégalités entre les femmes et les hommes. C’est dans cette perspective que SOS Biodiversity a inscrit son projet « Conservation and Enhancement of the Biodiversity of the Dogo-Ketou Region (Benin) and Empowerment of Local Communities through Nature-Based Solutions » (CCFDK2).

Le mercredi 8 Mars 2023, dans le village d’Effèoutè, situé en bordure de la forêt de Dogo-Kétou, SOS Biodiversity a organisé une formation en apiculture spécialement dédiée aux femmes du groupement « Mandjè kobadjè. » Cette initiative fut menée en collaboration avec le chef du village d’Effèoutè et ses conseillers, qui ont apporté leur soutien enthousiaste à cette entreprise.

Au cours de la journée, les membres du groupement de femmes ont été équipées de 15 ruches et de supports de ruche, un geste qui incarne la vision d’autonomisation et de durabilité du projet. Sous la direction attentive du formateur, Vincent Adjibode, les femmes ont installé ces ruches selon les normes les plus rigoureuses.

L’apiculture a été choisie pour ses caractéristiques écologiques et son potentiel en tant qu’activité génératrice de revenus alternative. Pour les femmes du groupement « Mandjè kobadjè », cette formation marque le début d’une nouvelle opportunité économique, tout en contribuant à la préservation de l’environnement.

En clôture de la formation, la Présidente du groupement a pris la parole au nom de toutes les femmes, exprimant leur gratitude envers SOS Biodiversity, son Président Berlioz Sunday Kakpo, et le partenaire financier, The Rufford Foundation. Elle a également fait part de l’engagement renouvelé du groupement à investir davantage dans la production de miel tout en prenant un soin attentif des ruches. Cette initiative promet non seulement de renforcer l’autonomie économique des femmes mais aussi de contribuer à la préservation de la biodiversité locale.

Photo 14 : Don de materiels apicoles aux femmes de  l’association Mandjè kobadjè

 

Photo 13 : Installation des ruches

 

6.      Sensibilisation et de plantation d’arbres

La biodiversité est véritablement le tissu vivant de notre planète. Elle constitue la base de notre bien-être actuel et futur, et son déclin alarmant met en péril non seulement la nature mais aussi l’humanité tout entière. Pour inverser ou stopper cette tendance préoccupante, il s’avère impératif de transformer fondamentalement les rôles, les actions et les relations que les individus entretiennent avec la biodiversité. C’est précisément ce que SOS Biodiversity s’efforce de réaliser depuis maintenant six années.

Dans le cadre de la commémoration de la Journée Internationale de la Biodiversité (JIB2023), placée sous le thème évocateur « De l’accord à l’action : Reconstruire la biodiversité », SOS Biodiversity, en collaboration avec l’appui de l’inspection forestière Ouémé-Plateau, a orchestré une série d’activités de sensibilisation et de plantation d’arbres. Ces événements significatifs ont eu lieu le 22 Mai 2023, au sein du Collège d’Enseignement Général (CEG) ILADJI ainsi qu’à l’École Primaire Publique (EPP) ADIGOUN.

Le matin même, au CEG ILADJI, une cinquantaine d’élèves enthousiastes ont été mobilisés pour cette occasion spéciale. Ils ont eu l’opportunité d’être sensibilisés à l’importance cruciale des arbres et de la forêt de Dogo-Kétou pour leur environnement local. De plus, ils ont bénéficié d’une initiation aux différentes étapes de la plantation d’un arbre. Cette séance de sensibilisation a été brillamment animée par M. Ordo Bordeau Segbozo, notre expert dévoué.

Au total, environ 400 jeunes plants, comprenant des espèces autochtones, agroforestières et en danger telles que l’Afzelia africana, le Pterocarpus erinaceus, l’Acacia auriculiformis et l’Anacardium occidentale, fournis par les communautés riveraines, ont été mis en terre par les élèves. Il est essentiel de souligner que cette activité a été réalisée dans le cadre du projet « Conservation and Enhancement of the Biodiversity of the Dogo-Ketou Region (Benin) and Empowerment of Local Communities through Nature-Based Solutions ».

Cette journée marquante a incarné notre engagement indéfectible envers la préservation de la biodiversité, la sensibilisation des générations futures et l’instauration d’actions concrètes pour reconstruire notre précieux écosystème. SOS Biodiversity, aux côtés de ses partenaires et de la communauté, continuera à œuvrer pour un avenir plus vert et plus durable.

Photo 16 : Vue de famille avec les élèves et les responsables du CEG ILADJI

 

Photo 15 : Mise en terre de plan

 

7.      Sensibilisation et de plantation d’arbres

La biodiversité représentait le tissu vivant de notre planète, formant la base du bien-être humain présent et futur. Son déclin rapide avait menacé à la fois la nature et l’humanité. Pour enrayer et inverser ce déclin, il avait été essentiel de transformer les rôles, les actions et les relations des individus avec la biodiversité, une mission à laquelle SOS Biodiversity s’était consacrée pendant 6 années consécutives.

Afin de célébrer la Journée Internationale de la Biodiversité (JIB2023), sous le thème inspirant de « De l’accord à l’action : Reconstruire la biodiversité », SOS Biodiversity avait entrepris, avec le soutien de l’inspection forestière Ouémé-Plateau, l’organisation d’une série d’activités de sensibilisation et de plantation d’arbres. Ces événements significatifs avaient eu lieu le 22 Mai 2023, au sein du Collège d’Enseignement Général (CEG) ILADJI et à l’École Primaire Publique (EPP) ADIGOUN.

En soirée, à l’EPP ADIGOUN, une mobilisation impressionnante de plus d’une soixantaine d’écoliers avait marqué l’occasion. Ces jeunes élèves avaient été sensibilisés quant à l’importance vitale des arbres et de la forêt de Dogo-Kétou. Ils avaient également été instruits sur les étapes de plantation et d’entretien des arbres. Cette séance de sensibilisation avait été brillamment animée par la Secrétaire Générale de l’ONG, Mme Eudoxie Egounlety, et Mr Vincent Adjibode, un membre actif de l’ONG.

Photo 18 : Un élève de l’École Primaire Publique de ADIGOUN met en terre un jeune plant

 

Photo 17 : Vue de famille avec les élèves de l’École Primaire Publique de ADIGOUN

 

Au total, plus de 100 plants, composés d’espèces autochtones et menacées telles que le Khaya senegalensis et le Caesalpinia bonduc, produits par les communautés riveraines, avaient été mis en terre par les écoliers et les enseignants. Ces activités avaient été financées par The Rufford Foundation dans le cadre du projet « Conservation and Enhancement of the Biodiversity of the Dogo-Ketou Region (Benin) and Empowerment of Local Communities through Nature-Based Solutions ».

CONCLUSION

En concluant ce rapport, il est essentiel de souligner que le projet « Conservation and Enhancement of the Biodiversity of the Dogo-Ketou Region (Benin) and Empowerment of Local Communities through Nature-Based Solutions » a atteint ses objectifs fondamentaux. Il a contribué à la régénération des espèces menacées, à la sensibilisation sur la conservation des ressources forestières, à la promotion de l’apiculture et de la pépinière, ainsi qu’à l’autonomisation des femmes et des jeunes de la région de Dogo-Ketou.

Ce projet a été le reflet d’un partenariat fructueux entre SOS Biodiversity, les communautés locales, et The Rufford Foundation, avec un impact positif sur l’environnement et la qualité de vie des populations. Il incarne également l’importance cruciale des solutions basées sur la nature pour relever les défis de la biodiversité et du développement durable.

SOS Biodiversity s’engage à poursuivre son action en faveur de la préservation de la biodiversité et de l’autonomisation des communautés locales, tout en travaillant en collaboration avec ses partenaires pour construire un avenir plus vert et plus résilient pour la région de Dogo-Ketou et au-delà. Ce projet a constitué un pas en avant significatif vers cet objectif, et nous sommes convaincus que notre engagement continu portera des fruits durables pour la nature et les générations futures.

 

 

ANNEXES

  1. LIENS UTILES
Catégories : Actualités

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
16 × 28 =