Traduire

Programme de Gestion Durable et Participatif de la Forêt Naturelle de Lama (Pro-Lama) – SOS Biodiversity NGO

1.Problématique

2.Présentation de la Forêt Naturelle de la Lama (FNL)

2.1.Situation de la Forêt Naturelle de la Lama

La forêt classée de la Lama est située dans la partie Sud du Bénin entre les coordonnées 6°55’ et 7°00’ latitude Nord et entre 2°04’ et 2°12’ longitude Est à environ 70 km de Cotonou. Protégée depuis 1946 par l’arrêté de classement N° 05574/SE/F du 24/12/1946, cette forêt s’étend sur une superficie de 16.250 ha dans son ensemble (Toyi et al., 2018). On la retrouve à cheval entre les communes de Toffo dans le département de l’Atlantique sur près de 9 750 ha et de Zogbodomey dans le département du Zou sur une superficie de 6 500 ha. Elle est limitée à l’Est par la Route National Inter Etat Cotonou – Bohicon, à l’Ouest par la ligne ferroviaire Cotonou – Parakou. La mise en œuvre d’un plan d’aménagement en 1986 a permis de sauver environ 2000 ha de forêt naturelle qui constituent le « noyau central », inclus dans une mosaïque de végétation étalée sur 4777 ha (Djego et al., 2007). Autour du noyau, sont disposées des plantations forestières établies pour protéger et conserver ce reste de formation naturelle et pour couvrir les besoins en bois d’œuvre et d’énergie. (Adomou et al., 2007; Djodjouwin et al., 2011).

2.2. Atout de la Forêt Naturelle de la Lama

                2.2.1. Ecologie et Biodiversité

Le Bénin est un pays aux ressources forestières limitées disposant de ce fait de très peu de grandes formations forestières. En dehors de quelques forêts classées et zones enclavées, le pays dispose d’une végétation majoritairement dominé par des formations secondaires appauvries. La forêt classée de la lama constitue au Bénin l’ultime vestige de la forêt naturelle situé dans le Dahomey Gap qui est la zone limitrophe de la forêt dense de l’Afrique de l’ouest. Il s’agit d’une forêt dense semi décidue, installée dans une dépression remarquable par son sol argileux et son microclimat, qui est périodiquement inondée par les eaux de pluie. Sa physionomie est dominée par Dialium guineense, Diospyros mespiliformis, Mimusops andongensis, Drypetes floribunda et Celtis brownii, tandis que Afzelia africana, modérément abondant, est régulièrement distribué (Paradis et Houngnon, 1977).

Concernant la richesse en faune, il est a noté que malgré le braconnage, le noyau central abrite une faune relativement variée et dense grâce à la protection dont elle a bénéficié ces dernières années. Elle est composée de suidés comme le potamochère (Potamochoerus porcus), d’antilopes (céphalophes), de 6 espèces de primates représentée par le mone (Cercopithecus mona), le tantale (Cercopithecus aethiops tantalus), le colobe magistrat (Colobus vellerosus), le colobe de van Beneden (Procolobus verus), le galago du Sénégal (Galago senegalensis), le cercopithèque à ventre rouge (Cercopithecus erythrogaster erythrogaster), de rongeurs et de plusieurs espèces d’oiseaux.

              2.2.2. Touristique

La forêt classée de la lama, dispose des atouts pour développer et promouvoir l’écotourisme dont l’un des points forts est d’être parfaitement compatible avec un auto-développement des régions rurales et ses populations. Mieux encore, sa situation à l’intérieur de la vaste dépression de la lama dont elle tire son nom, la variété de ses écosystèmes étendus, la rareté des espèces et son histoire très ancienne, la forêt classée de la lama ne pouvait échapper à sa vocation écotouristique. Ces potentialités, à la fois naturelle, paysagère et culturelle, la prédisposent à devenir un pôle touristique. Les principaux atouts touristiques de la forêt  peuvent être résumés comme suit :

  • Le plus grand attrait du noyau central réside dans la découverte d’un écosystème fermé unique dans cette région avec la présence d’espèce endémique (singe à ventre rouge) ou rares (colobe magistrat et colobe olive). Il contient plusieurs espèces animales (moyenne et petite taille).
  • Elle possède une grande diversité de produits touristiques : réserves de faune, forêts naturelles, activités sportives et cyclisme, randonnée pédestre, découvertes de milieux naturelles, ornithologie, etc.
  • Le noyau central de la Forêt Classée de la Lama possède d’autres atouts touristiques considérables : Il a l’avantage d’être facilement accessible par la route et d’être situé à quelques kilomètres de la ville de Cotonou (aéroport) et d’Abomey (principale destination culturelle du Bénin). Cette forêt représente l’unique espace récréatif pour les citadins des grandes agglomérations urbaines de Cotonou, Bohicon et Abomey.

 2.3. Situation socio-économique

La population riveraine de la forêt classée de la lama est constituée majoritairement de deux groupes ethniques répartis spatialement sur deux zones à savoir Zalimey et Agadjaligbo. Les Fons venus des plateaux d’Abomey et d’Allada sont retrouvés dans une vingtaine de villages riverains. Les populations Hollis dont la plupart viennent de Pobè et de Kpédékpo (Zagnanado) sont recasées à l’intérieur de la forêt classée (centre de recasement de Zalimey et centre de recasement d’Agadjaligbo). La densité de population autour de la forêt est relativement élevée (60 à 120 habitants/km²) avec un taux d’accroissement annuel de 2,75 % en moyenne par an (ONAB, 2004).

L’activité principale exercée par cette population est l’agriculture, caractérisée par les cultures sur brûlis, à laquelle s’ajoutent l’exploitation forestière (travaux de pépinière, balivage, bûcheronnage, débardage), l’élevage, la chasse et le petit commerce. Les marchés de Zalimey et d’Agadjaligbo constituent les centres d’échanges commerciaux entre les populations et les villages riverains. Ces échanges portent sur les produits agricoles que sont le maïs, les bananes, la tomate, les produits manufacturés et autres (AGLISSI, 2013). On note la pratique des coupes frauduleuses pour la récolte du miel et la chasse traditionnelle par les populations riveraines. Ces activités illicites constituent des entorses à la législation en vigueur et sont des facteurs de dégradation des ressources forestières. Les prélèvements concernent la récolte des produits forestiers non ligneux. En effet, certaines espèces autochtones comme Blighia sapida, Annona senegalensis, Dialium guineense etc. produisent des fruits, légumes, écorces et entretiennent des abeilles (miel). Ces produits et dérivés constituent des ressources importantes pour les populations et leur récolte doit être organisée pour une gestion durable des ressources forestières.

 3.Activités menées dans le cadre du programme en 2021

3.1. Inventaire forestier et suivi écologique

Le 21 Mars 2021, Journéee  Mondiale des Forêts, une équipe de SOS Biodiversity était dans le noyau central de la Lama (forêt naturelle de la Lama) pour un inventaire forestier et l’installation des placeaux permanents. Au total 16 placeaux permanents de 100 m x 100 m ont été installé dans le noyau centrale. Dans ces placeaux les ligneux adultes de diamètre supérieur ou égale à 10 cm à 1,30 m du collet ont été identifié, mesuré (hauteur et diamètre) puis numéroté à la peinture. Cette opération sera réédité chaque année dans les mêmes placeaux. Les données issues de ces travaux seront traitées et analysées pour améliorer les connaissances sur la dynamique de cette forêt naturelle.
Cette activité a été possible grâce au partenariat avec le cabinet NGF Consulting et l’appui de
l’ONAB.

Lien utilehttps://web.facebook.com/sosbiodiversitybenin/posts/1881158788699230

4. Autres activités et informations

GBAGUIDI R, DOSSA GBO C F, DEGBOE E (2022). Study of specific plant diversity
in forest reserves and riparian areas in Benin. Version 1.5. Sampling event dataset, 8488.
https://doi.org/10.15468/yx8ay6

GBAGUIDI R, GBO DOSSA F C, DEGBOE E (2022). Study of specific plant diversity
in forest reserves and riparian areas in Benin (Part 2). Version 1.1. Sampling event dataset,
6188.https://doi.org/10.15468/b4b24a

GBAGUIDI R, GOUDOU M T, OROU MATILO A, ADJAKIDJE S (2021). Plant
species inventory in Lama forest in southern Benin by CERF and SOS Biodiversity.
Version 1.1. Sampling event dataset, 6188 occurrences. https://doi.org/10.15468/yvr5ng

ADJIBODE O. V., 2020. Inventaire des espèces végétales dans la forêt naturelle et les
jachères de la Lama. https://doi.org/10.15468/cky4xs


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
27 ⁄ 27 =