Traduire
DutchEnglishFrenchGermanItalianPortugueseSpanish

Dans les milieux ruraux au Bénin, les femmes sont souvent confrontées à des risques plus importants et à des charges plus lourdes du fait des conséquences des changements climatiques dans les situations de pauvreté et en raison des rôles, responsabilités et normes culturelles existants. Pourtant elles sont de plus en plus nombreuses dans le secteur agricole (plus de 40% de la main d’œuvre agricole).

Groupement Féminin d’Intérêt Economique (GFIE)

Les femmes rurales possèdent d’immense potentiel pour créer des réseaux de distribution et de services au sein des zones rurales, participant ainsi à l’abaissement des coûts. Lorsqu’elles sont décisionnaires, elles mettent au point des solutions innovantes pour répondre aux impacts du changement climatique et accroître l’aspect globalement durable du développement. Elles pourront ainsi faire des choix éclairés, améliorer les vies de leurs familles et de leurs communautés, et promouvoir la santé et le bien-être de la prochaine génération. Autonomiser les femmes équivaut à autonomiser les sociétés dans leur ensemble. Regroupées en association que nous appelons « Groupement Féminin d’Intérêt Economique » (GFIE; Beaulieu, 2003), ces femmes font plus de revenu en menant des activités lucratives et renforcent leurs positions et cohésions sociales. Les GFIE sont des associations de femme généralement présentes dans les milieux ruraux et qui ont comme principal objectif de mener des activités génératrices de revenu afin d’améliorer leur condition de vie.

SOS Biodiversity et le GFIE Missimahou

Grâce à l’appui de « The Rufford Foundation » à travers le projet « Tree Nurseries and Beekeeping: An Alternative for the Rehabilitation of Degraded Forests and Sustainable Rural Development in the Niaouli Natural Forest Region » SOS Biodiversity à renforcer les capacités du Groupement Féminin d’Intérêt Economique (GFIE) « Missimahou » dans des Activités Génératrices de Revenu. Malgré la fin du projet nous continuons le suivi de ce GFIE et apportons notre contribution à son émancipation.

Ce samedi une équipe de SOS Biodiversity était à Niaouli (Allada, Bénin) pour faire le bilan financier annuel du GFIE « Missimahou ». Plus d’un million de FCFA ont été enregistré en un an et distribué entre les membres du GFIE.

Nous appelons les Partenaires Techniques et Financiers (PTF) à renforcer notre capacité à multiplier ces genres d’initiative pour l’atteinte des Objectifs du Développement Durable (ODD).

Rédacteur: KAKPO Sunday Berlioz

Stay connected by visiting and liking our Facebook page: https://web.facebook.com/sosbiodiversitybenin/?ref=bookmarks


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
8 − 2 =