Traduire
DutchEnglishFrenchGermanItalianPortugueseSpanish

Journée mondiale des espèces menacées

Le 11 mai est la journée mondiale pour la conservation des espèces menacées. Cette journée a été mise en place en 2006 (aux USA) en parallèle aux initiatives de l’ONU en faveur de la biodiversité mondiale. Elle a pour but de mettre en avant les missions nécessaires de conservation et de protection visant à ralentir la diminution du nombre d’espèces autour du globe. Les activités humaines sont les principales responsables de son accélération.

Extinction d’espèces accéléré

Selon les rapports de l’IPBES (Intergovernmental Science-Policy Platform on Biodiversity and Ecosystem Services) et l’IUCN (Union Internationale pour la Conservation de la Nature) à l’échelle mondiale :

  • plus de 20 000 espèces de plantes et animaux qui sont en danger de disparition imminente chaque année
  • entre 500 000 et 1 million d’espèces sont menacées d’extinction, notamment au cours des prochaines décennies
  • une espèce de mammifères sur quatre, un oiseau sur huit et un amphibien sur trois sont menacés
  • une espèce de conifères sur trois est menacée de disparition
  • sur les 96.951 espèces étudiées, près de 26.840 sont classées « menacées », dont 40% d’amphibiens, près de 33% des récifs coralliens, 25% de mammifères et 14% d’oiseaux menacées d’extinction
  • 40% des espèces d’insectes sont en déclin dont un tiers d’entre elles sont en voie de disparition comme les papillons, les mouches, les abeilles…
  • 31% des requins et des raies, 33% des coraux constructeurs de récifs et 34% des conifères sont également menacés.

Menaces

Aux premiers rangs des menaces qui pèsent sur les espèces à l’échelle mondial, se trouvent les activités humaines. Les espèces disparaissent via l’urbanisation, l’agriculture, la déforestation et la destruction des fonds marins. Les pollutions impactent tous les milieux : plastiques et de perturbateurs endocriniens dans l’eau, pesticides dans les sols et particules fines dans l’air. Enfin, le réchauffement climatique contraint la faune et la flore à s’adapter, à migrer ou à disparaître.

Solutions

L’avenir de notre planète et de l’humanité dépend de la biodiversité. Car nous consommons chaque jour cette diversité biologique et respirons grâce à elle. Il est alors vital pour nous de la protéger. Fondamentalement, il faut un « changement transformateur ». Il est évident que chacun doit faire des efforts pour protéger l’environnement. Mais aussi vital que s’opère également un changement de notre société. Comme une transformation du système agro-alimentaire, un changement des régimes alimentaires pour réduire la consommation de viande et de produits laitiers, la multiplication d’aires protégées, ainsi que des changements économiques profonds.

Références

Stay connected by visiting and liking our Facebook page: https://web.facebook.com/sosbiodiversitybenin/?ref=bookmarks

Rédacteur: Sunday Berlioz KAKPO

Catégories : Actualités

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
28 ⁄ 14 =